Le 23 Juin dernier, la mascotte de (feu) SEGA a fêté son quart de siècle. Évènement fêté alors tout en intimité par ses créateurs qui nous promettaient du bon « plus tard », tandis que ses détracteurs se faisaient une joie de nous rappeler à quel point ils ne pouvaient pas sentir la licence, « morte depuis des années » selon eux. Le fameux « plus tard », c’était la nuit de Vendredi 22 Juillet à Samedi 23 Juillet. SEGA a tenu un gros évènement dédié à Sonic en marge du Comic-Con de San Diego, pour présenter le futur de sa mascotte, et autant dire que j’ai hâte d’y être, dans le futur.

sonic25 copy

Il est impossible de parler du futur de Sonic sans aborder son passé, puisque depuis des années maintenant, le hérisson bleu est sans cesse relégué au rang de prostitué pour Nintendo ou de mascotte à l’agonie. Personne n’est sans savoir qu’après son apogée durant la 16-Bit, la Sonic Team s’en est pris plein la gueule, en boucle, des fois pour de très bonnes raisons, souvent pour de mauvaises. Avant de commencer ce rapide plaidoyer, vous savez peut-être que j’aime beaucoup Sonic, mais ça ne m’empêche pas de reconnaitre que de nombreuses merdes ont vu le jour dans l’histoire de la série. A défaut d’être le gars le plus objectif pour en parler, j’aborde un sujet que je connais sur le bout des griffes, de hérisson. Humour.

Ironiquement, cette vague de haine a commencé avec Sonic Adventure sur Dreamcast. Ironiquement car elle aurait pu commencer plus tôt, ce qui rendit en effet la sortie de Sonic Adventure si particulière, c’est les cinq années dégueulasses que le hérisson venait de traverser durant l’ère Saturn. Sonic Adventure a des défauts, la diversité de gameplay qu’il propose est un plus mais aussi un moins tant les histoires des cinq autres persos manquent de rythme, sa caméra en a fait chialer plus d’un (surtout qu’à l’époque elle se contrôlait avec les GÂCHETTES) et, pour finir, le jeu est aujourd’hui super kitsch. Entre ses sous-titres en Comic Sans MS, ses doublages péraves et ses bugs débiles, les joueurs qui découvrent le jeu aujourd’hui ont sûrement du mal à comprendre comment ce titre a pu être le jeu le plus vendu de l’histoire de la Dreamcast.

Je vous jure qu'il y a 17 ans, ça paraissait super beau.
Je vous jure qu’il y a 17 ans, ça paraissait super beau.

Toujours est-il qu’avec Sonic Adventure, la Sonic Team a pris des risques et a bouleversé ses codes en remaniant le design de son héros en le faisant parler, en créant de nombreux personnages et différents gameplays qui vont avec ! Le premier comme le deuxième opus ont été une bouffée d’air frais pour la série tant ils transpiraient la modernité, malheureusement les bons vieux réac’ qui veulent se la jouer « gamer old-school » n’ont pas pu s’empêcher de chier à valves ouvertes sur ces épisodes et tout ceux qui suivront, car pas en 2D. Et le comble c’est que des épisodes en 2D il y en a eu sur consoles portables, et de très bons ! Mais rien à foutre, plus rien ne put calmer ces hargneux depuis.

soniccd_3

S’en suivra des années de lutte pour trouver « la » recette parfaite, on passera parfois tout près du but, parfois aussi très loin, trop loin. La saga Sonic c’est surtout ça, des codes bouleversés à chaque épisode, aucun d’eux ne se ressemble. La Sonic Team s’est toujours battue pour innover, c’est à double tranchant. En effet d’un côté le fan ne peut pas se lasser tant chaque jeu est différent, mais de l’autre la formule n’est du coup jamais totalement maîtrisée et il y a toujours un hic qui vient gâcher le plaisir, quand ce n’est pas le jeu tout entier qui est un cauchemar. Sans les phases de nuit Sonic Unleashed aurait été génial, Sonic Generations et Sonic Colours sont quant à eux de bons jeux mais pas au point de marquer les esprits, le premier n’est au final qu’un jeu anniversaire et le deuxième manque de rythme.

Et c’est peut-être ça le problème, les gens s’attendent à ce que Sonic marque et innove comme il le faisait dans les années 90, sauf que de l’eau a coulé sous les ponts depuis, c’est souvent les jeux que l’on attend le plus qui se font le plus basher. Il est possible que ce phénomène touche Sonic, c’est d’ailleurs ce qui expliquerait la haine démesurée envers Sonic The Hedgehog 2006 alors même qu’il n’est pas le pire épisode, il paye encore la déception qu’il a procuré aux joueurs.

L’autre soucis, c’est l’abondance, car non contents de ne jamais sortir les « chefs-d’œuvre » attendus, SEGA enchaine les sorties, ne laissant de ce fait pas le temps aux joueurs de « désirer » un retour de Sonic. Depuis Sonic Boom fin 2014, environ trois ans se seront écoulés entre cette dernière calamité et les jeux dont on va parler maintenant, c’est ce dont Sonic avait besoin, arrêter de courir comme un dératé pour à nouveau donner le meilleur de lui-même, et ça semble bien parti !

BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAM ! VOILA POUR VOUS LES GRINCHEUX REAC’ ! MAINTENANT VOUS POURREZ PLUS RIEN DIRE !!!!!

Sonic Mania est ce que je qualifierais de titre hommage à l’époque 16-Bit, il y emprunte les codes des épisodes Mega Drive en bonifiant quelque peu la formule, ou tout du moins en lui donnant un coup de jeune. Graphiquement c’est très proche de Sonic CD, musicalement aussi, comme on peut l’entendre sur un des premiers titres dispos, le thème de la Studiopolis Zone, que je me passe d’ailleurs en boucle.

On remarquera dans le trailer que la Sonic Team n’a rien à voir avec le jeu, ce qui peut paraître surprenant, sauf qu’à mon sens le jeu est dans des mains bien plus intéressantes, celles de Christian Whitehead. Son nom ne vous dit peut-être que dalle, mais ce fan de Sonic de longue date est derrière les récents remakes mobiles de Sonic The Hedgehog, Sonic The Hedgehog 2 et Sonic CD. Très clairement, si l’on passe outre la maniabilité tactile qui peut dérouter, ces trois remakes sont les meilleures versions que l’on puisse trouver des trois titres. Pour faire court, elles gèrent le 16/9, sont en 60 FPS comme les versions japonaises originales, et contiennent plusieurs petits bonus comme la Hidden Palace Zone dans Sonic The Hedgehog 2, un niveau ayant disparu pendant le développement original du titre. C’est je pense une consécration pour un fan tel que lui de pouvoir aujourd’hui apporter une pierre à l’édifice de la saga, et c’est amplement mérité.

Pour parler du jeu en lui-même, on n’en sait que très peu pour le moment. Le jeu contiendra des zones connues, comme Green Hill Zone, mais aussi de nouvelles zones, comme la précédemment évoquée Studiopolis Zone. En tant que fan de SEGA j’ai d’ailleurs apprécié les clins d’oeil qui se cachaient ici et là dans le niveau, comme la camionnette rouge et bleue affublée d’un « HORNET » en hommage à Daytona USA ou encore le magasin « PINK BOT » qui est un hommage à Streets of Rage premier du nom et son café le « PINE POT »

Le Pink Bot est un clin d'oeil à Streets of Rage et son Pine Pot
Le Pink Bot est un clin d’oeil à Streets of Rage et son Pine Pot

Niveau gameplay et physique, ce qui était l’énorme problème du raté Sonic The Hedgehog 4, on est clairement revenu sur la formule originelle. Ca peut sembler con pour beaucoup mais la physique occupe une grande place dans Sonic, et même un titre comme Sonic Generations qui mettait en avant la formule classique n’avait pas reproduit la physique de l’époque, ce qui a dérouté pas mal de monde. Pour finir, le jeu propose de jouer avec Tails et Knuckles en plus de Sonic, et les persos pourront utiliser un nouveau mouvement appelé le « Drop Dash », qui permettra en gros de repartir en boule avec après un saut, de quoi dynamiser le gameplay sans brusquer les réacs. On retrouve aussi les boucliers élémentaires arrivés dans Sonic The Hedgehog 3 qui permettent à Sonic d’obtenir différents types de sauts (rebont, double saut, etc.).

Comme beaucoup, j’ai d’abord cru que Sonic Mania était le fameux jeu teasé par SEGA depuis des lustres, celui-même faisant office de réponse aux fans enfin entendus par SEGA. Et autant le projet Sonic Mania est clairement intéressant, autant j’ai quand même fulminé comme un cochon à la fin du trailer, car sortir uniquement ce titre, c’est donner raison à tous ces gens qui ont chié sur Sonic depuis 1999. Mais c’était sans compter sur la deuxième annonce: Project Sonic.

Et là j’ai commence à suffoquer sérieusement. Un épisode next-gen.

J’avais de nombreuses inquiétudes vis à vis de la licence ces derniers temps, parmi elles, il y avait le voeu de SEGA de se tourner clairement vers le jeune public, à coups de séries animés avec Sonic Boom, mais aussi avec un univers plus cul-cul qu’avant, ça se ressent surtout sur Sonic Colours ou Sonic Lost World où les dialogues sont bêbêtes, Sonic Generations était lui aussi exaspérant par moment pour la même raison. Loin de moi toutefois l’idée de vouloir revenir à l’époque de Shadow The Hedgehog et Sonic The Hedgehog 2006 qui voulaient vraiment se la jouer mature, au point de filer des armes à feu à un hérisson tout en créeant des scènes zoophiles.

Difficile de juger un trailer si énigmatique mais la formule semble s’être équilibrée, d’un côté Sonic évolue dans un univers meurtri, on y parle d’une « résistance » au probable empire d’Eggman, mais de l’autre le retour du Sonic classique apporte une touche de légèreté. Car oui ! Le Sonic classique est de retour ! La Sonic Team a décidé d’en faire un personnage à part entière ! C’est un rétro-pédalage ironique car SEGA a toujours voulu défendre cette image de héros « cool et rebelle » pour au final devoir re-solliciter un design de son héros tout rondouillard et mignon. Malgré sa présence, la Sonic Team a bien précisé qu’il ne s’agissait pas d’une suite à Generations mais bien d’un épisode indépendant.

classicsonic2017

Cette fois-ci j’ai envie d’y croire, il est clair qu’à ce stade c’est parier à l’aveugle, mais SEGA et la Sonic Team semblent avoir pris conscience des choses, surtout après le flop monumental de Sonic Boom qui n’avait pas été confié aux bonnes personnes. Le ton est donné dès les premières secondes du trailer: « Par l’équipe derrière Sonic Colours et Sonic Generations », en outre les deux épisodes ayant connu les meilleurs critiques ces dernières années. Ce titre est clairement un baroud d’honneur, le jeu semble suivre le chemin adopté depuis les phases de jour de Sonic Unleashed, le gameplay se fige alors qu’il ne cessait de changer au fil des années. Ce ne sera sûrement plus une prise de risque aussi grande qu’auparavant, mais au moins les joueurs se sentiront en terrain connu, garder le meilleur, c’est peut-être là la solution pour obtenir le Sonic rêvé par tous.

Au final, avec ces deux titres, SEGA met tout en œuvre pour plaire au plus grand nombre sans dénaturer sa licence, et ça c’est admirable. La sécurité a été choisie sans pour autant tomber dans la facilité, à l’inverse de Nintendo qui tourne en boucle avec Mario depuis quelques années déjà. En tout cas comptez sur moi pour suivre l’actualité autour de ces deux jeux de près, et vous pouvez être sûr que vous allez en bouffer du Sonic en 2017 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.