INDIECADE EUROPE 2017 | QUAND PARIS DEVIENT LA CAPITALE DU JV INDÉ


Sur le début du mois de novembre, Paname était plus que jamais au centre du monde. Je ne parle pas de la victoire écrasante contre « Anderlecht Nom di diou! » qui fait faire zouker des poteaux de corner à des hommes ne savant pas centrer depuis 1995. Non, non. Comme il est toujours question de jeux vidéo sur Merugezu, ces derniers étaient mis à l’honneur dans la ville Lumière.

header-indiecade-recap

So Far Gone

IndieCade Europe a donc choisi notre si belle capitale pour son pied-à-terre en Europe pour la seconde fois et a ouvert la semaine avec l’IndieCade Europe. 
Pendant deux jours, le public a pu découvrir toutes les facettes du jeu vidéo indépendant. Cet évènement, partenaire de la Paris Games Week, a mis sous les projecteurs les dernières productions des créateurs indépendants, des performances interactives, des jeux de cartes ou de plateau inédits. Au total, près de 80 jeux étonnants ont été montrés au public, les 30 et 31 octobre au CNAM à Paris.

Mais d’abord, il est bon de rappeler au quidam nourri au jeu vidéo AAA ce qu’est l’IndieCade. C’est un festival consacré au jeu vidéo indépendant considéré comme le « Sundance » du jeu vidéo. Tous les ans, une compétition récompensant les meilleurs jeux vidéo indépendants et créations indépendantes en rapport avec le jeu vidéo de l’année y est organisée. Il existe depuis 2005 et a lieu chaque année à Los Angeles, Californie.

IndieCade Europe a donc choisi notre si belle capitale pour son pied-à-terre en Europe : il était nécessaire pour nous de nous y rendre. C’est la raison pour laquelle Gilgamesh (Sofiène) et votre serviteur nous sommes rendus sur place avec la ferme intention de jouer aux créations qui feront parler d’elles demain et de rencontrer les animateurs, level designers, programmeurs et game designers de demain.

VIEWS

Pour cette seconde édition, la sélection officielle s’est vue octroyée par de nombreux jeux narratifs. C’est un phénomène intéressant et surtout, cela change des jeux auxquels nous jouons d’habitude (enfin moi je suis un peu à part, j’aime ça mais à condition que ce soit bien fait). Fort heureusement, il n’y avait pas que ça et de nombreux genres de jeux différents étaient présents.

De la sélection officielle, nous avons pu mettre nos mains sur :

On regrette deux choses :

– On n’a pas pu jouer à tous les jeux de la sélection officielle tellement ils étaient nombreux.
– Les jeux reposant essentiellement sur la narration c’est bien, mais est-ce un lieu adapté pour découvrir ces jeux ?


Concernant les jeux de la sélection officielle, nous vous recommandons chaudement :

A Guy and his Hero
logo

Ce projet de 8 étudiants du CNAM-ENJMIN d’Angoulême s’est fait remarquer sur le showfloor de par son utilisation d’un casque VR. Ce god game vous met à la place d’un narrateur omnipotent qui veille sur un héros dans un décor méditerranéen franchement reposant. Quelques puzzles et quelques ennemis parsèment le parcours du personnage qui aura besoin de vous pour aboutir à sa quête.

Gilgamesh a pu s’y essayer et le résultat est unanime : le jeu est réussi et très plaisant à jouer. Les créateurs du jeu étaient présents durant les deux journées pour accompagner les joueurs et répondre aux questions. D’ailleurs, le public semble avoir particulièrement apprécié le jeu : la file d’attente ne désemplissait pas.


Antioch : Scarlett Bay

Key Art 1

Dans la peau d’un vieux flic et d’une bleusaille, vous devrez enquêter sur plusieurs crimes qui semblent être étrangement liés. Bienvenue à Antioch.
Dans ce jeu narratif en coop exclusivement sur mobile (iOS & Android) votre coéquipier sera forcément une vraie personne qui partage la même partie que vous. À vous de vous entraider afin de mener a bien les enquêtes ou bien à vous de voir si vous préférez lui mettre des bâtons dans les roues.

J’ai pu y jouer avec Khamsou ,venu tout droit de Montpellier pour l’occasion, sur une démo conçue pour IndieCade Europe. Mi-Clos Studio & Midnight Mood Studio étaient présents pour présenter le jeu au public et surtout avoir un retour sur la réception du jeu chez des personnes qui ne connaissant pas vraiment ce genre.
 Les embranchements scénaristiques sont nombreux et on apprécie l’effort sur l’écriture qui est pour le coup un gros point fort.


BURY ME, MY LOVE

header

Enterre-moi, mon amour est une fiction interactive de Pierre Corbinais et Florent Maurin disponible sur smartphone (iOS & Android). Elle fait vivre intensément le périple vers l’Europe de Nour, une jeune migrante syrienne, en suivant le fil de sa messagerie instantanée. Une histoire d’amour, d’espoir et d’exil. On incarne Madj, le mari de celle qu’on guidera vers l’Europe.

Florent Maurin du studio The Pixel Hunt était présent sur le petit stand du jeu pour répondre aux questions et aider les joueurs à avancer. On peut choisir ce qu’on va répliquer ou demander de faire à Nour (on peut influencer le chemin que Nour optera). Il y a des variables qu’il faudra prendre en compte comme le budget, le moral, l’inventaire et sa relation avec Madj.

Je pense qu’il est important de parler de Enterre-moi, mon amour (expression arabe qui veut dire « Prends soi de toi » ; « meurs après moi ») car c’est un sujet très peu exploité dans les jeux vidéo; voire pas du tout. Le média s’ouvre à des thèmes plus sérieux et surtout n’a pas peur de se diversifier; c’est très intéressant.
 Un prologue est disponible gratuitement sur le site d’Arte pour que vous puissiez vous faire une idée du concept.
 Chose importante à rappeler, ce jeu est une fiction fortement inspirée par le réel fil WhatsApp d’une réfugiée syrienne. C’est en voyant l’article paru au Monde que l’équipe de The Pixel Hunt a eu l’idée de faire un jeu autour de cette histoire.
Un titre important.


DETENTION

logo-detention

Seul survival horror présenté durant le festival, Detention est un jeu se déroulant dans les années 1960 durant la loi martiale instaurée par Tchang Kaï-Chek du Kuomintang à Taïwan. On incarne Wei qui se retrouve l’école dans un monde parallèle (pas halal) très sombre et glauque qui fait penser aux ténors du genre.

Le vrai plus du jeu est de se reposer sur une ambiance travaillée aux petits oignons dépaysante à souhait. Saluons les musiques envoutantes composées par Weifan Chang et l’univers basé sur le Taoïsme et le Bouddhisme. Tiff Liu était présente sur le stand pour accompagner les joueurs à découvrir le jeu.
Je ne vous cache pas que c’était principalement pour ce jeu que je me suis rendu à l’évènement. C’est un jeu que je surveille depuis un moment et qui a tout pour plaire aux fans de survival horror qui n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent.


KEYBOARD SPORTS — SAVING QWERTY

banner_high.png

«This game will never be available on PlayStation, Xbox, iOS, or Android.»
 D’entrée de jeu, Keyboard Sports — Saving QWERTY rappelle que les séries de mini jeux pour sauver votre mentor, Maitre QWERTY, ne sont jouable que sur un clavier. Absolument toutes les touches du clavier sont utilisées pour déplacer le personnage (il vient sur la touche pressée) ou pour choisir une direction où tirer divers projectiles.

Le jeu est très fun et intuitif, le clavier mis a disposition avait les touches rétroéclairées et reprenaient les codes couleurs du mini jeu. Par exemple, s’il fallait se déplacer sur une plateforme mouvante, les touches allumées correspondaient à la plateforme où il fallait se trouver sous peine de tomber dans la lave.


Nothing Was The Same

Le public a également pu assister aux conférences d’éminents représentants de l’industrie du jeu vidéo et de la scène indépendante, parmi lesquels : Brie Code (Child of Light), Dajana Dimovska, cofondatrice du Copenhagen Game Collective, Cliff Harris (Big Pharma) et Pierre Corbinais (Oujevipo).

J’ai pu suivre à une playformance de GAEEL qui jouait à une sorte de XCOM vu du dessus plutôt prometteur.

De nombreux développeurs indépendants présentaient leurs productions en préalpha/alpha/bêta lors des « Show and Tell » dont on vous en reparlera plus en détail une prochaine fois.

Thank Me Later

Lors d’une cérémonie haute en couleur, le public, les développeurs et deux jurys ont décerné les prix d’IndieCade Europe 2017
Durant une remise des prix mémorable, organisée par le Copenhagen Game Collective et présentée par Stephanie Barish (IndieCade) quatre récompenses ont été attribués :

PRIX DU PUBLIC


A Guy and his hero par des étudiants de l’Enjmin
Le prix du public récompense le jeu qui a reçu le plus de suffrages auprès des visiteurs du festival.

PRIX DE LA PRESSE


Do not feed the monkeys de Fictiorama Studios
Prix établi par cinq journalistes spécialisés : Yohan Bensemhoun (Jeuxvideo. com), William Bertin (GameSideStory), Maria Kalash (Canard PC), Sophie Krupa (JV Le Mag), Cyrielle Maurice (Numerama).

PRIX SÉLECTION OFFICIELLE

Vignettes de Skeleton Business
Les représentants des équipes des trente projets en sélection officielle d’IndieCade Europe ont voté pour élire leur titre favori.

PRIX DES DÉVELOPPEURS

Enterre-moi, mon amour de Pixel Hunt & Figs
Le jury décernant ce prix était composé de Mélanie Christin (Atelier 801), Hélène Delay (Capital Games), David Elahee (Headbang Club), Saïda Mirzoeva (Dontnod eleven), Maxence Voleau (Amplitude Studios).

More Life

Que dire de cet événement à part que c’était vraiment lourd ?
Pour ma part, ayant eu des obligations durant les deux jours, je n’ai pas pu voir tout ce que qui était présenté durant le festival. Il n’était de toute façon pas possible de tout voir/essayer face à l’offre très diversifiée proposée par le salon, malheureusement. Je me console comme je peux, laissez-moi !

On regrette néanmoins qu’il n’y ait pas eu plus de jeux facile à prendre en main rapidement, aussi, peu de titres étaient finalement inédits. Ne nous cachons, pas la majorité des jeux présentés étaient soient déjà sortis ou soit proches de leur date de sortie.

Lors de la cérémonie de clôture on a appris que le conseil régional d’Île-de-France financera encore pendant deux ans l’événement. Ainsi, IndieCade Europe reviendra l’année prochaine et l’année d’après !
Comme on dit chez nous : « le rendez-vous est pris. »

Une réflexion sur “INDIECADE EUROPE 2017 | QUAND PARIS DEVIENT LA CAPITALE DU JV INDÉ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s