PAPRIUM | TATANES 16-BIT ET TÉTONS DORÉS


La comparaison va être inévitable donc fonçons à tête baissée dedans dès l’intro; on a jamais fait mieux que Streets of Rage et Final Fight. Nostalgiques de leurs jeunes années à défoncer des sprites de punks, les amateurs de Beat’em Up à l’ancienne ont eu le droit à quelques essais plus ou moins réussis, mais aucun n’est parvenu à faire renaître ce feeling si particulier, apportant violence jouissive et direction artistique transcendante. C’est donc avec, pour sûr, l’objectif de vouloir raviver ces bons moments de jeux vidéo que WaterMelon a dévoilé Paprium, un Beat’em Up 2D qui pousse le délire nostalgique bien loin.

PASTEQUE, IL DECOUPE

Avant de parler du jeu en lui-même, dont on ne sait au final pas énormément de choses, il est bon de revenir sur le passé de ses créateurs. Watermelon est un studio composé de plusieurs passionnés, dont des français, s’étant faits fortement remarqués en 2010 avec la sortie de Pier Solar; RPG à l’ancienne inspiré des meilleurs titres japonais des années 90. On y incarnait Hoston, petit gars voulant sauver son papa malade à l’aide d’un remède miracle. Jusque là rien de bien original me direz-vous, tant les RPG japs « indés » sont monnaie courante, mais outre ses qualités qui ont fait de Pier Solar un jeu très apprécié, c’est son support qui lui a fait bonne publicité. Le jeu est aujourd’hui dispo dans une mouture « HD » sur tous les supports modernes (Ouya incluse !) mais sa première version était dispo UNIQUEMENT et PHYSIQUEMENT sur Mega Drive.

Source: neogaf.com

Ouais ouais, les gars ont sorti un jeu sur Mega Drive en 2010, avec une compatibilité Mega-CD pour la bande originale du titre. Petit trésor de technologie, la cartouche de Pier Solar était de 64 Mb, ce qui en fait la plus grosse cartouche Mega Drive existante. Plus tard, la version HD a aussi eu le droit à une version Dreamcast.

Pour le joueur nostalgique, l’initiative est plus que louable. Les jeux indés récents ont beau vouloir retranscrire le feeling d’époque, lancer un jeu depuis sa bibliothèque digitale et y jouer en 1080p est incomparable au fait d’insérer une cartouche dans sa bonne vieille console 16-BIT qui supporte valeureusement le poids des années afin d’y jouer sur un écran cathodique. Faisant de cette particularité leur marque de fabrique, WaterMelon a d’ailleurs édité Papi Commando, un shooter vue de dessus lui aussi fait pour la Mega Drive mais développé par le Studio Vetea.

LE COMBAT FINAL A POINGS NUS

Paprium est quant à lui leur dernier gros bébé, il est édité ET développé par WaterMelon et sortira en exclusivité sur Mega Drive au mois de Septembre prochain. Pour repousser encore d’un cran les limites de la technique, la cartouche du jeu se verra cette fois dotée de 80Mb de mémoire, avec un framerate promis à 60FPS.

Paprium est un Beat’Em Up lourdement inspiré des meilleurs titres du genre de l’ère 16-BIT: Les barres de vie rappellent beaucoup Streets Of Rage, les trois personnages jouables aux gameplays différents rappellent Max, Axel et Blaze ou encore Haggar, Cody et Guy. Il se démarque néanmoins de ses maîtres avec une direction artistique signée entre autres par Gwénaël « Fonzie » Godde, figure française de WaterMelon et programmeur du jeu. Le titre se déroule en effet dans un futur TOTALEMENT apocalyptique genre gros foutrax couplé à une atmosphère neon façon 80’s.

Les sprites ultra détaillés rappellent les heures glorieuses de la NEO-GEO

Les 80Mb du jeu sont de plus justifiés par une volonté d’accentuer la replay value du titre, grâce entre autres à des personnages à débloquer et un très grand nombre de stages (au minimum 24) segmentés pour que chaque partie soit différente. Qui plus est, l’équipe de développement a vanté dans un post de leur blog, un aspect jeu de rôle dans Paprium; on peut donc s’attendre à une acquisition d’expériences avec pourquoi pas, la possibilité de débloquer de nouveaux combos. Tout ça rappelle grandement Guardian Heroes, et ce n’est encore une fois pas pour déplaire.

Cette formule « RPG » avait d’ailleurs été exploité avec Scott Pilgrim vs The World, lui aussi réalisé intégralement en 2D et édité par Ubisoft en 2010. Ce dernier était d’ailleurs une réussite sur bien des points, d’un point de vue graphique mais aussi sonore; malheureusement le jeu était au final assez chiant à cause de niveaux trop bordéliques et trop longs accentuant le côté répétitif de l’action.

Comme dit au début de l’article, on ne sait pas grand chose de Paprium à l’heure actuelle; c’est pourquoi j’ai timidement honte d’avoir déjà précommandé un exemplaire de sa version limitée (que j’ai touché à 80$ grâce à un code promo, vous pouvez en trouver assez facilement sur le net, si ça vous intéresse). Mais j’ai envie d’y croire, les gars de WaterMelon semblent être de vrais passionnés (sur cette vidéo on voit par exemple Fonzie parler du jeu alors qu’il s’appelait encore « Project Y », et il y décortique les sprites de Final Fight et Streets of Rage pour expliquer l’utilisation du processeur avec VIOLENT BREATHING EN FOND, LE MEILLEUR MORCEAU DE TOUS LES STREETS OF RAGE CONFONDUS, COMMENT NE PAS FAIRE CONFIANCE A CES MECS ?), la bande-son s’annonce d’ailleurs bien cool, j’ai du écouter l’extrait de Asian Chill à la fin du trailer une bonne cinquantaine de fois en deux jours… bref si je ne crois pas en ce projet, je ne crois plus en rien.

Alors bien sûr, d’un point de vue technique personnelle ça apporte beaucoup de questions. Je n’ai pas allumé mes deux Mega Drive depuis une dizaine d’années, je ne suis même pas sûr d’avoir tous les câbles à cause de nombreux déménagements, et il se pose la question de l’écran sur lequel je vais découvrir le jeu. Et enfin, quid du cable vidéo à acheter pour jouer dans les meilleures conditions ? On est d’accord, c’est un trip rétro qui va vite revenir cher, mais le jeu en vaut sûrement la chandelle.

Pour finir, sachez qu’en parallèle de Paprium, WaterMelon est aussi sur un projet nommé « Project N« , cette fois-ci destiné à la Super Nintendo. (Vous pouvez en voir plus ici: https://www.magicalgamefactory.com/fr/factory/projectn_3/ )

N’empêche, imaginez si SEGA avait repris le principe en sortant une version spéciale de Sonic Mania sur Mega Drive ? Ca aurait été un énorme coup marketing… et moi j’aurais encore raqué comme un gros pigeon dodu.

Je vous laisse avec le trailer du jeu, un brin violent, mais qui met bien dans l’ambiance. Vive les tétons dorés.

2 réflexions sur “PAPRIUM | TATANES 16-BIT ET TÉTONS DORÉS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s