SPLATOON | PETIT SHOOTER DEVIENDRA GRAND

E3 2014, alors que Nintendo nous fait pleurer avec une conférence qui a franchement de la gueule, un jeu singulier pointe le bout de son nez entre Super Smash Bros et Xenoblade Chronicles X, deux des nombreux mastodontes attendus par beaucoup de joueurs Wii U. Ce « petit » jeu, c’est Splatoon, un TPS multi confectionné par les jeunes équipes internes de la firme de Kyoto, d’abord relégué au second plan, le jeu est aujourd’hui au coeur d’une jolie hype.splatoon merugezu

Ne nous voilons pas la face, la Wii U n’est pas au mieux de sa forme. Les grosses cartes que sont Mario Kart 8 et Super Smash Bros ou encore Bayonetta 2 sont sorties et l’année 2015 est des plus terne pour la dernière de Nintendo. Depuis Janvier, nous avons eu le droit à deux titres physiques: Mario Party 10 et Kirby et le pinceau arc-en-ciel, l’un comme l’autre sont des jeux sympathiques mais qui ne brillent pas pour leur innovation, faisant plus guise de coupes-faim que d’expériences dépaysantes, en d’autres termes: c’est la hess.

La situation actuelle de la Wii U n’est pas sans nous rappeler celle de la Nintendo 64, en pire. Une console boudée, un peu hors du game, qui accumule des exclus, certes, mais offrant trop peu de diversité pour qui n’est pas un gros fan des licences de la firme. Les éditeurs tiers sont aux abonnés absents (EA Sports allant même jusqu’à sortir FIFA 15 sur Wii et pas sur Wii U, ce taunt de bâtard) et Nintendo grille ses cartes habituelles une à une, avec en bonus des amiibos qui font office de bouée de sauvetage. A quelques semaines de l’E3, alors que Zelda a été repoussé à 2016 et qu’il n’y a pour l’heure quasiment rien à se mettre sous la dent d’ici là, l’avenir de la Wii U sent bon le sable chaud et la merde de chameau.

L’oasis de peinture, mirage ou bénédiction ?

L’arrivée de Splatoon est donc plus que bienvenue, et le jeu maintes fois présenté comme un CoD free-to-playesque pour mioches et autrefois ignoré au milieu des licences historiques a dorénavant la lourde tâche de boucher un trou de plusieurs semaines mois. Alors c’est vrai, on peut se dire que Splatoon est une carotte visant à abreuver les acharnés qui en sont à 4500 matchs online sur Smash Bros Wii U (dont 4500 avec du lag) et les mecs qui se font tellement chier sur Mario Kart qu’ils en sont arrivés à jouer au gyroscope pour BIEN découvrir tous les aspects du jeu. On pourra se dire que c’est peut-être hypnotisé par ce désespoir, étant moi-même un joueur (uniquement) Wii U, que j’en viens à parler de Splatoon aujourd’hui et à attendre sa sortie en magasin comme un 25 Décembre dix ans auparavant, mais je suis persuadé que cette nouvelle licence de Nintendo (c’est assez rare pour être signalé) a beaucoup à offrir.

Sur le papier, Splatoon est un jeu con comme la pluie: Deux équipes de quatre s’affrontent avec de la peinture et doivent recouvrir un maximum de la map avec leurs liquides colorés. Pour accomplir cet objectif qui n’est pas sans nous rappeler les soirées Bukkake de Pascal,  les petits avatars mi-humains mi-poulpes nommés « Inklings » se foutent alors sur la tronche avec trois types d’armes:

  • Le Concentrateur (Sniper) qui peut faire de grandes trainées de peinture avec son arme longue portée et défoncer les Inklings adverses en one-shot.
  • Le Liquidateur (Pistolet/Fusil mitrailleur) qui est polyvalent tant en terme de peinture que de PvP
  • Le Rouleau (Corps à Corps) qui a un gros potentiel de recouvrement mais qui est totalement naze en dehors du Corps à Corps.

Ces 3 types d’armes ayant ensuite des variations influant sur différents facteurs (Portée ou Dispersion de la peinture par exemple)

Splatoon-armes
Ici, cette équipe est composée de deux rouleaux et deux liquidateurs

Pour assurer au mieux, une équipe doit éviter de compter trop de membres d’un même type. A ces types d’armes, ajoutez des armes secondaires (grenades/gadgets divers) et une attaque spéciale offensive (lance roquette par exemple) ou défensive (bouclier, qui peut d’ailleurs être partagé avec ses comparses, un gros atout stratégique). En quelques lignes, vous aurez sûrement compris que le jeu peut vite avoir une profondeur de gameplay assez surprenante pour un jeu qui n’en mène pas large à première vue.

Couplé à ce gameplay prometteur, le jeu charme l’oeil, il est beau, fluide, coloré, et original dans son univers urbain qui n’est pas sans rappeler le légendaire Jet Set Radio, on regretterait presque l’absence d’Hideki Naganuma sur l’OST. Le dépaysement est total, et ça fait du bien de voir que Nintendo n’est pas tombé dans la facilité en nous foutant des éléments de Mario ou de Zelda à tout va pour flatter le fan lambda sans se fouler. C’est l’atout de Splatoon, le titre tranche radicalement avec ce que la firme nous refourgue de plus en plus le tout sans le moindre effort, ici on oublie les 53 versions de New Super Mario Bros. Qui plus est, le jeu se tourne quasi-intégralement vers le jeu en ligne, un mode solo et un mode vs local à deux joueurs sont présents, mais les premiers retours évoquent des modes sympas mais sans plus. C’est donc une première pour l’éditeur et c’est encore une fois une preuve de modernité de leur part. Malheureusement cela peut aussi fortement desservir au jeu, car il ne faut pas oublier que cette boite est tenue par des croulants japonais qui s’envoient des messages par pigeons voyageurs.

Trop swag la waifu

3615 NINTENDO

En effet, Nintendo a beau montrer de la bonne volonté avec Splatoon, l’interface online de la Wii U rivalise à peu de choses près avec celle de la Playstation 2, qui rappelons le fête ses 15 ans. Le principe du jeu Online, c’est la communication entre joueurs, le partage, l’échange. Le coeur du jeu Online selon Nintendo, c’est le Miiverse, ce réseau social pour enfants de 8 ans destiné à poster des screens et des dessins faits au stylet, voilà voilà… L’envoi de messages avec les membres de sa liste d’amis est un bordel sans nom, on peut, sous certaines conditions, rejoindre ses potes en pleine partie mais pas les inviter pour qu’ils nous rejoignent et cerise sur le gâteau, tout échange vocal est presque de l’ordre du fantasme. Dans Mario Kart 8 par exemple, le jeu autorise le chat vocal uniquement en partie privée et uniquement entre deux courses (donc pendant 20 secondes), le tout en hurlant dans le micro de sa tablette pendant que la voix de ton pote sort de la télé, je vous laisse imaginer le bordel.

Pour jouer Online entre potes dans des conditions STANDARDS sur Wii U il faut donc: Prévénir vos potes par un autre moyen que le Miiverse et ses notifs quasi-invisibles -> Se donner rendez-vous sur Skype -> S’organiser pour que tout le monde rejoigne un mec de la bande. Joie.

Et du coup Splatoon n’est pas épargné par toute cette misère, le jeu est basé sur le team-play mais ne propose pas de chat vocal, la putain de lose. En guise de communication, les joueurs sont condamnés à utiliser des messages écrits pré-enregistrés type « Par Ici » ou « Attention », autant dire que sur la démo online, personne ne s’en servait et on se retrouve vite à gérer sa petite vie de son côté ou à essayer de mettre en place des stratégies de façon empirique. L’excuse est toujours la même: « On veut protéger les mineurs », sauf que derrière cette excuse un brin moisie (la console a un contrôle parental, servez-vous en), Nintendo ampute clairement son jeu. Certains défenseurs bornés me sortiront que le chat vocal des jeux est rempli de dégénérés et qu’on l’utilise rarement, c’est pas foncièrement faux, mais il permet aussi de rencontrer des gens, c’est par exemple le cas pour Pazou et moi qui nous sommes croisés sur le Live de Ridge Racer 6. Au delà de cette erreur, le jeu ne proposera pour l’heure pas de matchmaking entre srabs, donc impossible d’aller latter de l’Inkling d’outre-Atlantique à plusieurs, à la sortie, toi et tes potes jouerez chacun dans votre coin. La situation sera rétablie en Août, c’est chiant, certes, mais ce sera au moins présent un jour, à l’inverse de Super Smash Bros.

En parlant de Super Smash Bros, Splatoon n’a par contre quasiment aucun problème de lag. Durant les sessions de tests des serveurs, j’ai pu doser avec des japonais sans les voir se téléporter aux quatre coins de la map, alors que ma console est en wi-fi, ça fait plaisir. C’est d’ailleurs durant ces sessions que la hype globale est montée en flèche, le jeu a sûrement surpris. Ne m’attendant moi-même pas à ce qu’il soit si agréable, je l’ai préco la semaine qui a suivi.

splatoon amiibo
Pour une fois, les amiibos devraient ajouter du contenu sympathique

Squid Soul Brother

Au final, malgré un solo qui semble anecdotique et un mode online un peu handicapé par l’architecture de la console, Splatoon se présente comme LE jeu multijoueur de la Wii U pour les galériens qui n’ont jamais de potes avec qui jouer à la maison et pour ceux qui veulent du shooter (c’est ça ou Black Ops II les gars). Le jeu surprend, et c’est surtout ce qu’on attendait d’un jeu Nintendo, qui vogue bien trop pépère en terrain connu depuis quelques années maintenant, en nous refourguant des jeux pré-machées sans tenir assez compte de l’évolution du jeu vidéo. Dans cette logique de modernité, Nintendo a déjà promis que le jeu aurait un suivi régulier, à base de DLC gratos dans un premier temps, puis surement avec d’autres payants plus tard, de quoi maintenir l’intérêt pendant plusieurs mois. Alors attention, je ne suis en aucun cas en train de dire que le local et les jeux complets Day One sont des trucs dépassés qu’il faut délaisser, j’ai justement choisi la Wii U pour ça. Néanmoins à l’instar de la One et de la PS4 qui manquent cruellement de jeux en multi local, la Wii U ne prend pas le Online suffisamment en considération, il est de ce fait plus que plaisant de voir une diversification de l’offre.

On peut d’ailleurs remarquer que j’ai une certaine tendance à m’extasier sur des choses qui sont de l’ordre du commun depuis presque dix ans, venant de la 360, jouer à un shooter online avec du matchmaking et un suivi, pour moi c’est la base. Et c’est vrai qu’au final Splatoon n’est qu’un banal jeu multijoueur en ligne, mais il est je pense primordial, en tant que joueur Wii U, de supporter cette démarche de Nintendo de vouloir sortir de sa zone de confort en nous offrant une expérience telle que Splatoon. Il est tout de même bon de pondérer le propos en rappelant que si la hype autour du jeu a explosé après l’arrivée de la démo online, ce n’est pas pour rien, le jeu aurait pu être un mauvais jeu, injouable et chiant, et ce n’est manifestement pas le cas. Qui plus est, le jeu est proposé à un tarif relativement faible (de 30 à 40€ selon les revendeurs), il serait donc dommage de ne pas laisser lui laisser une chance.

Reste à voir si cette présumée profondeur de gameplay permettra à la communauté de créer des moves et des stratégies pertinentes, l’avenir nous le dira. En attendant certains ont déjà profité de la démo pour créer des techniques avancées, c’est bon signe.

Suivez nous sur Twitter @Merugezu pour ne pas louper nos prochaines chroniques !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s